dispositifs d'évacuation des boues

Temps de lecture :

collecte interne

Les descriptions précédentes des différents décanteurs ont précisé s’ils comportaient ou non un dispositif de raclage :

  • sans raclage : les boues sont concentrées par gravité dans des trémies uniques ou multiples. La pente des parois de ces trémies doit être supérieure à la pente naturelle de talutage des boues (40 à 70 °) ;
  • avec raclage : les boues de fond sont dirigées par un dispositif de raclage vers une (ou des) fosse(s) de reprise, dessinée(s) de manière à éviter les dépôts. Dans certains cas, comme celui des décanteurs rectan­gulaires de grande largeur, la fosse elle‑même doit être équipée d’un racleur ou d’une vis, car il est impos­sible, pour des raisons économiques, de lui donner une pente suffisante pour l’écoulement naturel de la boue.

Seuls les systèmes suceurs permettent une collecte des boues peu concentrées sans trémie.

reprise

Elle peut se faire gravitairement, à condition que la charge disponible soit suffisante et que la nature des boues (viscosité, thixotropie, texture…) le permette. Dans les autres cas, les boues doivent être reprises directement par pompe.

L’extraction des boues est discontinue, à l’exception de quelques cas particuliers :

  • recirculation externe ;
  • risques importants de bouchage.

dispositions générales

Les lignes de soutirage de boues doivent être conçues de manière à éviter les risques de bouchage. Les règles suivantes doivent être adaptées aux divers types de produits :

  • assurer une vitesse suffisante, au moins périodiquement, pour empêcher les dépôts ;
  • ne pas installer de tuyauteries de diamètre trop petit ;
  • tracer des conduites les plus rectilignes possibles ;
  • réduire les longueurs à l’aspiration des pompes ;
  • ne mettre en œuvre des reprises par tuyauteries perforées que pour des longueurs faibles et des boues très fluides ;
  • prévoir des possibilités de vidange et de rinçage des canalisations (eau et/ou air comprimé) ou même de ringardage mécanique (sidérurgie).

La figure 25 donne deux exemples de réalisations pour des boues d’eaux résiduaires industrielles concen­trées, dans les cas d’une reprise :

  • directe ;
  • avec fosse de stockage intermédiaire. Cette dernière disposition permet un contrôle visuel, et des débits instantanés différents entre l’extraction du décanteur et l’évacuation des boues.

On trouvera au niveau de la manutention et stockage de boues des recommandations sur la manutention des boues, dont celle des boues liquides.

Image sécurisée
Figure 25. Exemples de reprise de boues concentrées en ERI a. directe, b. avec fosse intermédiaire

automatisation

Les extractions de boues étant presque toujours discontinues, il est intéressant de les automatiser. Sui­vant les applications, les asservissements peuvent être réalisés de différentes manières :

  • par l’intermédiaire d’une minuterie cadence/durée (surtout lorsque le débit traité est constant et si la concentration des boues extraites a peu d’importance) ;
  • proportionnellement au débit (modulation de la cadence des extractions de durée constante) ;
  • en fonction de la concentration des boues (mesurée par une sonde à ultrasons ou évaluée à partir d’une mesure de l’effort de raclage); une mesure de niveau maximal du lit de boues est alors recommandée ;
  • à partir du niveau des boues dans le décanteur (détecté par sonde à ultrasons ou sonde optique).

écumes

Le plus souvent, les matières flottant à la surface doivent être séparées des boues. En général, elles sont dirigées par le dispositif de raclage de surface vers une trémie ou une goulotte en communication avec une fosse dans laquelle elles sont concentrées. Des dispositifs de nettoyage automatique des tuyauteries de liaison sont souvent recommandés.

pour aller plus loin :