traitement du gaz

Temps de lecture :

Outre le méthane 70-80 % et le CO2 20-30 %, le gaz contient souvent de l’H2S correspondant à la réduction des sulfates et des formes soufrées des effluents bruts.

En fonction de la concentration en DCO pour certaines ERI diluées avec plus de 200 mg · L–1 en SO4, la teneur en H2S croît et peut atteindre 2 %, ce qui peut com­promettre l’utilisation ultérieure de ce gaz (corrosivité de tout condensat, corrosion des brûleurs, teneur en SOx des fumées…). Une désulfuration du biogaz peut donc être nécessaire :

  • soit à l’eau sous pression (~ 10 bar) ;
  • soit en provoquant une oxydation biologique ménagée permettant de produire du soufre élémentaire qui est décantable (un système de culture fixée de type Azurair est bien adapté à ce cas particulier), voir réalisation de la brasserie San Miguel (Esp.) ;
  • soit en fixant le S2– sur des oxydes de fer.