élimination des matières organiques

Temps de lecture :

Dans la présentation des procédés par échange d’ions, il a été supposé que l’eau brute ne contenait que des produits minéraux en solution.

En fait, les eaux naturelles contiennent toujours plus ou moins de MO qui se com­portent, vis-à-vis des résines, de façon différente suivant leurs affinités pour les sites actifs de la résine. Cer­taines traversent intégralement le lit de résines, d’autres sont fixées de façon réversible et sont éliminées à la régénération, d’autres, enfin, sont fixées irréversiblement et « empoisonnent » les résines.

En pratique, ce dernier inconvénient concerne surtout les échangeurs d’anions fortement basiques, les échangeurs de cations y étant à peu près insensibles, et les échangeurs d’anions faiblement basiques fixant ces produits d’une façon relativement réversible. Le plus souvent, les systèmes décrits plus haut permettent d’obtenir des résultats industriels satisfaisants, si l’on choisit judicieusement les résines. Cependant, on a constaté dans un certain nombre de cas, et en particulier lorsque les eaux brutes contiennent des composés humiques, que les combinaisons classiques de résines n’assuraient pas les résultats attendus.

Avec de telles eaux brutes, il faut soit un prétraitement poussé destiné à éliminer ces matières humiques (voir à la section filières de traitement des eaux de surface), soit utiliser les échangeurs d’anions à grande porosité et à grand pouvoir adsorbant en tête de la chaîne pour protéger les résines de déminéralisation pro­prement dites. Ces résines anioniques appelées résines « Scavenger » fixent directement les matières organiques et celles-ci sont éluées par traitement au chlorure de sodium puis à la soude caustique, ou mieux encore, par un mélange de sel et de soude appelé «saumure alcaline».

pour aller plus loin :