principes généraux

Temps de lecture :

Les réactifs solides utilisés en traitement d’eau sont généralement mis en solution ou en suspension dans l’eau, ce qui favorise :

  • Le transfert vers le point d’utilisation ;
  • le mélange avec le fluide à traiter ;
  • et, souvent, la régularité et la précision de dosage.

La préparation des solutions et suspensions des réactifs courants (chlorure de sodium, sulfate d’alumi­nium, chlorure ferrique, chaux éteinte) ne présente pas de difficultés particulières quand les réactifs ont une granulométrie régulière et un taux d’impuretés contrôlé. Dans les cas contraires, des dispositions spéciales sont prises pour :

  • éliminer les impuretés ;
  • permettre l’utilisation de réactifs en blocs ou pris en masse.

De manière générale, les dispositifs de dissolution et de mise en suspension doivent être adaptés à la qua­lité réelle des réactifs solides disponibles localement (granulométrie et impuretés).

Par ailleurs, le maintien en suspension de certains réactifs colmatants et/ou entartrants, tels que chaux ou charbon actif, impose le respect de précautions particulières.

L’énergie nécessaire à la mise en solution ou en suspension des réactifs solides est le plus souvent apportée :

  • par agitation mécanique (figure 5) :
solutions suspensionsImage sécurisée
Figure 5. Préparation de solutions ou suspensions
  • par recirculation forcée de l’eau de dissolution (figure 6).

Cette énergie doit être maintenue en permanence dans le cas de suspensions ; dans le cas de solutions, elle n’est normalement appliquée que pendant la dissolution.

La préparation d’un bac de réactif ne doit pas perturber le traitement (bacs en alternance ou séparés pour préparation et dosage).

Poste saumureImage sécurisée
Figure 6. Poste de préparation de saumure