le comportement des boues lors du séchage

Temps de lecture :

Les boues organiques ont un comportement spécifique qui influe considérablement sur les procédés thermiques utilisés pour le séchage. Ce comportement dépend d’abord de la siccité atteinte (figure 4).

La gamme des siccités de la zone 2 est difficilement définissable car elle est fonction principalement de la nature biologique ou non de la boue et d’autres propriétés telles que la teneur en fibres ; elle s’articule généralement autour d’une siccité moyenne comprise entre 45 et 50 %. Dans cette zone, la viscosité de la boue augmente considérablement et lui confère des propriétés auto-agglomérantes, rendant la boue non pompable et, de manière générale, difficilement manipulable.

Dans la zone 3, les grains de boues deviennent individualisés et de taille variable en fonction des propriétés de la boue et de la technologie du sécheur, on dit que la boue a « granulé ».

Image sécurisée
Figure 4. Comportement de la boue en fonction de la siccité
pour aller plus loin :