strippeurs à l'air ou au gaz, éliminateurs de CO2

Temps de lecture :

L’élimination du CO2 est la principale des applications de ces « strippeurs » :

  • en eau potable : pour remonter le pH et réduire l’agressivité de l’eau (voir neutralisation-reminéralisation) ;
  • en eaux industrielles : derrière une résine cationique, pour réduire la conductivité et éviter de surcharger les échangeurs d’ions anioniques (voir mise en oeuvre des échangeurs d'ions);
  • en eaux résiduaires : pour remonter le pH sur les systèmes biologiques à forte charge, lors de l’emploi d’O2 pur par exemple ;

Dans ce qui suit, on ne décrit que les appareils utilisant un garnissage. Néanmoins, dans les cas où l’on ne recherche qu’une élimination partielle du CO2 dissous, on peut le faire (voir oxydation par l'air) :

  • par simple pulvérisation ;
  • par bullage ;
  • par dispersion mécanique (cascades…).

Tous les systèmes de stripping sont des systèmes à contre-courant, régis par les lois des transferts de masse (voir échange gaz-liquide), et l’utilisation de garnissage permet, en augmentant la surface de transfert, d’atteindre des teneurs voisines de l’équilibre, tout en minimisant l’encombrement des systèmes.

Ils supposent tous :

  • une bonne répartition de l’eau sur toute la surface de la colonne (pulvérisateur, répartiteur à trous ou plateaux) ;
  • une bonne répartition du gaz de stripping (air atmosphérique, vapeur …) à la base du garnissage, en général via un plancher à trous, une grille… ;
  • une pureté suffisante du gaz d’entraînement pour éviter les contaminations secondaires (lavage du gaz par l’eau).

Suivant leur application principale, ces appareils sont appelés éliminateurs de CO2, strippeurs à l’air ou strippeurs au gaz, ou encore dégazeur atmosphérique.

pour aller plus loin :