traitement des matières de curage

Temps de lecture :

Lorsqu’un camion de curage verse son contenu dans une fosse, il y a approximativement autant de pulpe que de jus, auquel il faut ajouter l’eau de lavage de la benne.

Le jus et la pulpe sont amenés, soit gravitairement soit par l’intermédiaire d’un grappin, vers un étage de séparation.

Image sécurisée
Tableau 4. Traitement des matières de curage

Les encombrants sont séparés des sables par un trommel et comme les refus de dégrillage, ceux-ci peu­vent être intégrés, après essorage, dans une chaîne de traitement des ordures ménagères. Les eaux sales que le trommel n’a pas retenues, sont un mélange d’eau, de sables, de matières minérales et organiques. Elles sont passées sur un hydrocyclone puis un essoreur ou, plus simplement, sur un classificateur à sable. On recueille alors un sable lavé et une eau chargée en matières organiques et minérales, retournée en tête de station.

Cette filière garantit un taux de MO dans les sables lavés inférieur à 10 %. Un deuxième hydrocyclone per­met de garantir un taux de MO inférieur à 5 %.

Un stockage du sable à l’air libre est recommandé. Les matières organiques y sont naturellement dégra­dées, décroissant typiquement de 5 % à 2 % en 2 mois, et la couleur du tas retrouve une couleur normale de sable.

La durée minimale recommandée est de 1 à 2 mois.

Toutefois une aire de stockage bétonnée, comportant des rigoles de récupération des égouttures et lixi­viats, est recommandée pour éviter tout contact avec le terrain naturel. Ils sont à retourner en tête de station.