traitement biologique

Temps de lecture :

Le choix du traitement biologique le mieux adapté est fonction de différents facteurs :

  • les normes de rejet imposées, pouvant nécessiter deux étages biologiques ;
  • la concentration initiale en DCO, une DCO > 2 g · L–1 permettant économiquement d’envisager des pro­cédés tels que méthanisation, Ultrafor ou aérobie forte charge ;
  • la saisonnalité des rejets, conduisant généralement à un traitement en deux étages forte charge + faible charge ;
  • la nécessité ou non d’éliminer la pollution azotée (souvent importante) ;
  • la nécessité d’une déphosphatation (typique des industries du lait et de la viande) et, dans ces cas, les valeurs élevées de la DBO facilement biodégradable militent pour l’emploi de déphosphatation biologique (voir cultures libres (boues activées)) ;
  • la place disponible pouvant imposer un système compact : anaérobie, Météor, Ultrafor, Biofor ;
  • la destination finale des boues, pouvant conduire à adopter un procédé à faible production de boues : méthanisation, Ultrafor, voire boues activées avec réduction de production de boues (Biolysis E ou O, Biocontrol)

D’une manière générale, les procédés les plus appliqués par type d’industrie sont résumés dans le tableau 3.

procédés biologiques industrie agroalimentaireImage sécurisée
Tableau 3. Procédés biologiques utilisés en industrie agroalimentaire