séparation par membranes

Temps de lecture :

Les phénomènes d’osmose et d’osmose inverse sont connus depuis une centaine d'années. II a fallu, toutefois, attendre les années 60 pour voir, avec le développement des membranes synthétiques, la concrétisation industrielle de ces principes. Depuis les années 70, les procédés de séparation par membranes ont connu un développement considérable par

  • le nombre de membranes développées puis mises sur le marché,
  • leurs performances et donc leur potentiel d'applications industrielles aussi bien dans le traitement des eaux que celui d'autres fluides.

Au risque d'être simpliste, ce sous-chapitre tente une classification et description de ces membranes, limitées aux membranes et procédés intéressant le traitement des solutions et suspensions aqueuses ; qui peuvent être présentées en se fondant

  • soit sur la structure de celles-ci
  • soit sur le mode de transfert de l’eau et des solutés à travers celles-ci
  • soit par leur fonction : membrane de dessalement ou de clarification.

Enfin, il décrit leur mode de fonctionnement et les grands paramètres qui régissent leurs performances.

On notera qu’après avoir investi les domaines des eaux « propres » (eau potable – eaux de procédés –dessalement de l’eau de mer), elles investissent peu à peu, depuis la dernière décennie, les eaux résiduaires : traitement tertiaire des ERU ou ERI en vue de leur recyclage, et BRM.

La séparation par membranes explicite les principaux choix à faire pour concevoir une installation membranaire, ainsi que les principales applications de celle-ci dans les traitements des eaux, enfin les traitement des eaux potables, traitement et conditionnement des eaux industrielles, processus industriels et traitements des effluents résiduaires, donnent des exemples d’insertion de ces systèmes dans des chaînes de traitement des eaux de tout type.

pour aller plus loin :