station de traitement des eaux usées Meistratzheim (France)

station épuration traitement des boues Meistratzheim

Une usine exemplaire dans la valorisation du potentiel énergétique des boues.

D’une capacité de 204 500 équivalents-habitants, la station construite par SUEZ, traite les eaux usées de 11 Communes situées sur les Terres de Saint Odile (soit 27 000 habitants) et les effluents des choucrouteries locales (soit l’équivalent des eaux usées de 140 000 habitants en débit de pointe).

Grâce à sa configuration et aux technologies de pointe utilisées, la station consomme un minimum d’énergie et va même jusqu’à produire une partie de l’énergie nécessaire à son fonctionnement.

En effet, d’une part les jus de choucroute, et d’autre part les graisses récupérées au cours du traitement et les boues issues du traitement produisent séparément du biogaz. Par méthanisation pour les jus de choucroute, ou par digestion pour les boues et les graisses, des populations bactériennes appropriées mises au contact de ces produits absorbent et digèrent leurs composés.

Grâce à la cogénération, le biogaz, produit résultant de ces deux phénomènes, peut être utilisé pour produire de la chaleur nécessaire au méthaniseur, au digesteur, au sécheur double-étage, ou encore au chauffage des locaux et de l’eau sanitaire. Le surplus de biogaz peut être transformé en énergie électrique revendue au réseau EDF.

le traitement des boues :

Les boues constituent un sous-produit des stations de traitement des eaux, elles peuvent contenir plus de 95% d'eau en plus des matières en suspension et autres résidus. Il faut réduire ces volumes d'eau pour faciliter d’une part leur évacuation qui s’effectue essentiellement par camion, et d’autre part, permettre leur valorisation dans de bonnes conditions. Le traitement des boues de la station aboutit également à la production d’énergie.

l’épaississement :

Un premier traitement par égouttage va permettre de récupérer une bonne partie de l’eau des boues. Après cette étape, les boues restent néanmoins toujours en volumes importants.

la digestion :

Opérée dans un digesteur Digeco selon le même principe que la méthanisation, mais avec une population bactérienne différente, la digestion anaérobique des boues élimine une quantité importante de matières organiques. La digestion anaérobie présente également l’avantage de produire du biogaz qui sera valorisé en énergie. Un gazomètre souple stocke, au-dessus du digesteur, le biogaz produit.

la centrifugation :

Pour continuer l’élimination de l’eau contenue dans les boues, celles-ci sont centrifugées.

le séchage :

Pour terminer leur traitement, les boues sont séchées au travers de l’atelier EVAPORIS TM LE. Innovant, le séchage opère sur deux étages. Un premier étage étale les boues en couches minces et les met au contact d’une chaleur produite par une huile à 165°C. La boue est ensuite transformée en « spaghettis » qui sont une dernière fois séchés à l’air chaud. En sortie de traitement les boues sont sous forme de granulés secs. Les granulés pourront être valorisés en filières agricoles ou en incinération.

filière boues :

  • Épaississement hersé des boues primaires ;
  • Épaississement mécanique des boues secondaires ;
  • Digestion anaérobie des boues mixtes ;
  • Déshydratation par centrifugation des boues digérées ;
  • Séchage thermique des boues déshydratées avec atelier EVAPORIS LE.
    .