logiciel de bilans: aquacalc

Temps de lecture :

La qualité de l’eau est caractérisée par de nombreux paramètres. Or, seules quelques mesures qualitatives sont installées en ligne.

Des mesures de laboratoires effectuées régulièrement restent indispensables pour vérifier la qualité de l’eau brute et de l’eau traitée. L’exploitant n’a donc pas d’informations en temps réel quant à la performance de son usine.

Son optimisation se fait peu à peu grâce à un logiciel de bilans qui permet de vérifier tous les jours que le traitement est conforme et qu’il est économiquement maîtrisé. SUEZ a standardisé une solution et la propose sur toutes ses usines.

Le logiciel Aquacalc a pour objectif de fournir aux exploitants d’une usine de traitement d’eau un outil paramétrable leur permettant de :

  • collecter et stocker automatiquement toutes les données techniques ;
  • valider ces données pour en garantir la fiabilité ;
  • publier ces données sous forme de rapports et bilans périodiques ou ponctuels (sous Excel).

fonctionnalités de l’'aquacalc

Acquisition de données : il permet de travailler avec un grand nombre de sources de données externes (Supervision, Excel, fichiers texte et toute base de données compatible ODBC : Access, Oracle…).

Stockage long terme : il permet l’archivage de données acquises ou calculées. Les valeurs sont stockées dans des fichiers propres à Aquacalc ou dans toute base de données compatible ODBC (Access, Oracle…). La pérennité de l’archivage peut être de plusieurs années.

Validation automatique des données : à chaque donnée peut être associée une méthode de validation, ainsi, chaque mesure d’un capteur est validée par trois critères :

  • sa valeur : la mesure est-elle dans une gamme admissible ?
  • sa variation : la vitesse de variation de la mesure est-elle dans une gamme admissible ?
  • sa constance : la mesure est-elle quasi-constante depuis un certain laps de temps ?

Un indice de validité global, combinant ces trois critères, est alors associé à chaque valeur. Cette mesure est ensuite déclarée automatiquement valide ou invalide selon que son indice de validité global se trouve au-dessus ou en dessous d’un seuil fixé par l’exploitant, et propre à chaque valeur.

Le calcul de l’indice de confiance global peut aussi utiliser le contexte de la mesure. Ce contexte est défini par un, deux ou trois capteurs TOR. Chacun de ces TOR précise la validité de la mesure selon un critère :

  • la disponibilité : il y a-t-il une opération de test ou de maintenance en cours ?
  • la communication : la chaîne de transfert de données fonctionne-t-elle ?
  • le procédé : le capteur est-il opérationnel ?

Si, à une date donnée, l’un de ces indicateurs précise une invalidité, alors l’indice de confiance du capteur est mis à 0.

Correction de données : après la phase de validation automatique des données, l’exploitant a la possibilité de corriger les données jugées invalides à l’aide d’un éditeur graphique de courbes ou à l’aide d’un tableur.

Génération de rapports : Aquacalc permet de facilement créer et d’éditer des rapports sous forme de feuilles Excel. L’édition d’un rapport peut également être planifiée et s’exécuter de façon automatique, à une date fixe.

Accès aux données et aux rapports : La consultation des données peut se faire sous forme de courbes ou de tableaux. Le module d’accès web permet à tout utilisateur du réseau d’entreprise d’accéder facilement aux données et aux rapports à l’aide d’un navigateur (Internet Explorer ou Netscape Navigator).

Ce logiciel de bilans, outre ces fonctionnalités, a une ergonomie simple qui ne nécessite pas de compé­tences de haut niveau en informatique.