la zone libellule

Temps de lecture :

La lutte contre la présence des substances émergentes (pesticides, médicaments, etc.) et de leur dérivés de dégradation dans l’eau représente un véritable enjeu comme en témoigne l’évolution réglementaire.

L’Union Européenne impose en effet que les nouveaux polluants (perturbateurs endocriniens, résidus pharmaceutiques, substances dangereuses,…) disparaissent de nos eaux d’ici 20 ans.

Actuellement, uniquement 30 à 80 % du flux de micropolluants, selon les substances, est arrêté par les stations d’épuration.

Ces molécules apparaissent dans les milieux à une vitesse exponentielle et peuvent perturber les éléments de la chaine trophique par accumulation ou par synergie alors qu’on les retrouve dans l’eau à de très faibles concentrations et souvent inférieures aux limites de détection.

Si les traitements d’absorption par charbon actif et l’oxydation à l’ozone apportent une solution de traitement, d’autres voies d’élimination doivent être développées notamment pour les petites stations.

Parmi elle, citons les Zones Humides Artificielles. La diversité naturelle des zones humides (biofilms, diatomées, planctons, microphytes, macrophytes, faune,…) et les symbioses racinaires apportent une complémentarité très riche en processus biologiques aux systèmes épuratoires classiques.

Toutes ces réactions assurent donc un affinage à l’épuration de l’eau. Pour résoudre ces problèmes de micropolluants SUEZ a développé un nouveau concept de zone humide appelé Zone Libellule.

La Zone Libellule est un espace humide artificiel pouvant être placé en aval de station d’épuration dans lequel le développement de la biodiversité permet la lutte accrue contre les micropolluants et limite leur diffusion dans les eaux douces ou marines.

Les différentes zones successives (comprenant entres autres : bassin phytoplancton, roselière, prairie humide,…) basées sur les capacités épuratoires d’écosystèmes aquatiques variés sont plantés de végétaux locaux préalablement sélectionnés. Grâce à un écoulement hydraulique complexe, la Zone Libellule protège le milieu récepteur tout en générant une eau de meilleure qualité tant au niveau chimique que bactériologique.

Le dynamisme végétal et faunistique permet également de développer un support pédagogique et récréatif particulièrement riche sur le thème de la biodiversité.

La surface de ces zones humides peut aller de quelques centaines de m2 à plusieurs hectares, en fonction des objectifs de réduction de flux et de développement de la biodiversité locale.