intérêt des bioréacteurs à membranes

Temps de lecture :

Les membranes de microfiltration ou d’ultrafiltration peuvent se substituer aux clarificateurs des cul­tures libres, aérobie ou anaérobie pour séparer flocs et même bactéries non floculées de l’eau traitée avec les avantages suivants :

  • la certitude d’obtenir une clarification parfaite quels que soient l’état de la boue et son indice de boue puisque la membrane peut retenir même les bactéries non floculées et produire un effluent sans MES (tur­bidité < 1 NTU). En même temps, l’effluent est désinfecté (élimination de pathogènes tels que œufs d’helminthes, bactérie et même de virus si l’on utilise une membrane d’ultrafiltration) ;
  • s’étant affranchi du clarificateur, il est possible d’augmenter la concentration de la biomasse épuratrice entre 6 et 10 g · L–1. Ceci entraîne donc, à charge massique équivalente, la possibilité de réduire le bassin d’aération d’un facteur 2 à 4 par rapport à un bassin en boues activées classiques ;
  • l’absence de clarificateur et un bassin de volume réduit signifient un coût de génie civil et une emprise au sol nettement moindres ;
  • la membrane permet de ne pas laisser passer certains métabolites macromoléculaires et de les dégra­der peu à peu, il en résulte une DCO finale plus basse que celle atteinte en boues activées classiques.

L’ensemble de ces avantages permet de justifier des surcoûts d’investissement et d’énergie, par exemple lorsque les normes d’épuration sont très poussées (milieu naturel très sensible) ou lorsque l’on veut réutili­ser l’eau.