modules spiraux

Temps de lecture :

Une feuille poreuse souple (collecteur) (11) est placée entre deux membranes (10) planes. Le sandwich ainsi réalisé est scellé sur trois de ses bords (12). Le côté ouvert est soudé sur un tube cylindrique collecteur (3) de part et d’autre d’une génératrice percée de trous. Plusieurs sandwiches sont ainsi fixés, séparés les uns des autres par un espaceur (grille en plastique souple) (9). Le fluide à traiter circule dans l’espaceur (9) parallèlement au tube collecteur ; le collecteur (11) assure le drainage du perméat vers le collecteur axial (3).

module enroulement spiralImage sécurisée
Figure 6. Module à enroulement spiral

Le diamètre d’un élément peut aller de 5 cm jusqu’à 30 cm. Sa longueur de 30 cm jusqu’à 1,5 m développe des surfaces de membrane de 0,3 m2 à 41 m2. Plusieurs éléments (deux à huit) sont mis en série dans un même carter cylindrique en emboîtant les tubes collecteurs (3) au moyen d’interconnecteurs munis de joints toriques qui doivent assurer une étanchéité parfaite et résister aux efforts de compression (dus aux pertes de charge de l’écoulement à travers les espaceurs du module. On comprend ainsi l’importance d’un bon montage de ses interconnecteurs et de limiter les pertes de charge (maximum 0,5 bar par élément).

Aujourd’hui, pratiquement tous les modules de dessalement ( NF à OI haute pression) sont réalisés sous cette géométrie à l’exception, déjà citée, des modules Hollosep – Toyobo. C’est en effet le plus compact de tous les modules existants, il offre moins de perte de charge que le module à plaques. Il est en revanche aussi le plus sensible à l’encrassement, demandant des eaux bien prétraitées avec des indices de fouling FI ou SDI (silt density index) inférieurs à 4 ou 5 (voir la section mesure des paramètres globaux). Le choix d’espaceurs plus épais peut per­mettre, dans des cas spéciaux, de diminuer un peu cette sensibilité au fouling et surtout de faciliter les net­toyages chimiques de ces modules.