principales applications des membranes

Temps de lecture :

Même en ne considérant que les applications des membranes au seul domaine du traitement d’eau, leur nombre croît régulièrement et rapidement. En effet, si on se reporte à la figure 50 de la section séparation par membranes, on cons­tate que, quel que soit le problème, on peut toujours extraire de l’eau « pure » de tout effluent aqueux, sauf toutefois s’il contient des molécules organiques de faible poids moléculaire et fortement polaires (ex. alco­ols simples, cétones…). En revanche, le coût énergétique, le risque de colmatage de la membrane (salissure) ou de précipitation (entartrage) et le coût des membranes elles-mêmes restent des freins importants… mais qui se relâchent progressivement.

En effet, si l’on considère les membranes de dessalement :

  • ces membranes ont vu au cours des années 90 leur prix au m2 divisé par 2 environ ;
  • leur perméabilité a augmenté ;
  • leur passage de sel a diminué à pression d’utilisation équivalente ;
  • l’apparition des membranes dites « basse pression » a permis de diviser par 2 l’énergie utilisée pour dessaler les eaux saumâtres ;
  • la mise au point d’inhibiteurs de plus en plus performants permet de repousser les limites d’utilisation ;

Et le développement très rapide du marché des membranes de clarification depuis 1995 montre les mêmes améliorations de performances et diminution de coût.

Le paragraphe ci-après ne reprend donc que les utilisations les plus importantes, on se reportera par ailleurs aux traitement des eaux potables et processus industriels et traitements des effluents résiduaires pour trouver d’autres exemples d’utilisation des membranes dans les chaînes de traitement appliquées à tous les types d’eaux.

pour aller plus loin :