modules tubulaires

Temps de lecture :

Les membranes sont placées ou formées à l’intérieur d’un tube support, poreux ou percé de trous de drai­nage, et de diamètre variant de 4 à 25 mm. Ces tubes sont ensuite placés en séries ou séries parallèles, dans une enveloppe cylindrique pour constituer le module unitaire (figure 1).

Image sécurisée
Figure 1. Module tubulaire (membrane organique)

L’hydrodynamique de l’écoulement est parfaitement définie et les vitesses de circulation pouvant attein­dre 6 m · s–1 lorsqu’un régime de très forte turbulence est nécessaire. Ces modules ne nécessitent pas de pré­filtration fine du liquide à traiter et sont faciles à nettoyer (emploi régulier d’éponges sous forme de boulettes). Leurs inconvénients majeurs sont leur faible compacité et un prix de revient élevé par m2 installé. Ils sont particulièrement bien adaptés au traitement des fluides chargés ou visqueux. Ils sont aussi utilisés en traitement des eaux dans les quelques cas où, sur des petits débits, on cherche à contrôler l’entartrage en maintenant dans le liquide en concentration une suspension de cristaux ou les salissures en employant des éponges.

Cette géométrie est aussi celle des modules de membranes céramiques qui sont obtenus par filage (extru­sion) et ont été utilisés avec succès en BRM en traitement ERI (à noter dans ce cas une sensibilité aux filasses – figure 2).

exemples modules céramiques séparation par membranesImage sécurisée
Figure 2. Exemples de modules céramiques
pour aller plus loin :