influence de l'environnement de la station (esthétique, odeurs, bruits): la compacité

Temps de lecture :

Le choix du procédé participe aussi largement aux attentes environnementales:

  • par exemple, une station construite dans un tissu urbain ou résidentiel doit occuper un minimum de place pour s’intégrer le mieux possible au site (esthétique, architecture), et tendre vers un objectif « zéro nuisance » (bruits, odeurs) par une couverture totale des ouvrages ;
  • ou, à objectifs fixés, une filière peut se concevoir avec des ouvrages de tailles très différentes. Or, les petits ouvrages s’adaptent mieux aux objectifs environnementaux ambitieux.

Les technologies modernes permettent de réduire l’encombrement des stations et ainsi de faciliter leur insertion :

  • la décantation primaire lamellaire appliquée au traitement des eaux résiduaires (procédés Sédipac ou Sédipac 3D réduisant la surface de 3 à 4 fois, Densadeg 2D ou 4D de 5 à 7 fois) a fait évoluer vers la com­pacité la traditionnelle décantation primaire ;
  • la biofiltration (procédé Biofor) peut remplacer utilement les réacteurs et clarificateurs des boues acti­vées, et suivant les cas, diminuer l’emprise par un facteur de 4 à 7 ;
  • la filtration membranaire peut se substituer à la clarification finale pour séparer la boue de l’eau traitée (procédé UItrafor), comme le montre la station d’épuration d’Orléans équipée de ce procédé, qui a permis d’intégrer parfaitement l’usine dans son environnement.
step Orléans système Densadeg + UltraforImage sécurisée
Photo 4. Intégration dans son environnement de l’installation d’Orléans (95 000 EH) comportant un système Densadeg + Ultrafor
Cannes Ultrafor stepImage sécurisée
Photo 5. Intégration dans son environnement de l’installation de Cannes (300 000 EH) comportant un process Ultrafor

Compacts, ces ouvrages sont aussi beaucoup moins onéreux à couvrir : citons ainsi comme exemples la station d’Orléans (Densadeg + Ultrafor) et de La Morée (en Sédipac 3D + Ultrafor).

step couverte La MoréeImage sécurisée
Photo 6. Station couverte de La Morée – Débit : 52 300 m3·j–1

Ainsi conçues, ces stations se prêtent bien à un regroupement des ouvrages, à leur implantation dans un bâtiment ou sous un site protégé (stade, parking, parc…) : ceci permet aussi de centraliser la collecte des gaz (odeurs) en vue de leur traitement en désodorisation (voir mesures des odeurs et désodorisation).

Enfin, une station compacte permet une mise en valeur architecturale plus facile.

Or, la volonté d’un maître d’ouvrage est souvent que sa station, couverte ou non, soit reconnue par ses usagers. Ceci suppose donc qu’un effort tant de pédagogie que de communication soit fait, et cela passe d’abord par la mise en valeur architecturale du site.

Un bon exemple, celui de la station de La Morée (Seine-Saint-Denis), construite pour le SIAAP, qui, par son architecture et ses façades vitrées, se fait remarquer par l’importance de son bâtiment sans imposer son rôle d’épuration.

Façade step La MoréeImage sécurisée
Photo 7. Façade de la station de La Morée – Débit : 52 300 m3·j–1