dilacération

Temps de lecture :

Cette opération, concernant surtout les ERU, a pour rôle de déchiqueter les matières solides charriées par l’eau, pour qu’elles poursuivent le circuit vers les stades de traitement suivants. Le but recherché est de sup­primer les sujétions provoquées par l’évacuation et la décharge des déchets de dégrillage et de bénéficier d’une certaine augmentation du volume de gaz de digestion produit. Mais la dilacération présente en prati­que des inconvénients, en particulier le risque d’agglomération de fibres dilacérées associées à des graisses (bouchages de pompes et tuyauteries…), et la nécessité d’interventions de maintenance assez fréquentes sur un matériel assez délicat.

Pour ces raisons, la dilacération n’est plus que rarement préconisée. En revanche, elle est parfois substi­tuée au dégrillage fin dans le traitement des boues. Elle est alors effectuée par un dilacérateur sous-pression garantissant la finesse de dilacération désirée.

Image sécurisée
Tableau 2. Caractéristiques générales des dilacérateurs