systèmes d'unités

Temps de lecture :

Les systèmes d’unités dérivés du système métrique (CGS, MTS, MKS, MKSA) ont progressivement fait place à un système unique, appelé Système international d’unités (SI) auquel est consacrée la première par­tie de ce sous-chapitre.

Du fait de la persistance de l’emploi dans de nombreux pays du système anglo-saxon, avec ses variantes britanniques et américaines, la seconde partie donne les correspondances entre les unités de ces systèmes et celles du SI.

système international d’unités ( SI )

Ce système a été établi en 1960 et amélioré progressivement par les travaux des Conférences générales des poids et mesures (CGPM), dont les décisions sont préparées et exécutés par le Comité international des poids et mesures (CIPM). Il comporte des unités de base, des unités dérivées, des unités supplémentaires. Son application fait appel à des multiples et sous-multiples décimaux, avec les préfixes correspondants. Il admet, outre les unités énumérées ci-après, des unités dites « en usage avec le Système international » et des unités « reconnues pour utilisation temporaire ».

Les tableaux ci-après constituent des extraits du Système international relatifs aux unités qui, à des titres divers, intéressent le traitement d’eau. Les premiers d’entre eux sont empruntés à des documents édités par l’AFNOR et en particulier au tableau synoptique : « Le Système international d’unités (SI) » conforme au fas­cicule de documentation NF X 02-006 (août 1994).

Remarque :seules font foi les normes originales dans leur édition la plus récente, lesquelles sont com­mandables via www.afnor.fr

principes généraux

règles d’écriture des symboles d’unités

Les symboles d’unités ne s’emploient qu’après un nombre exprimé en chiffres. Ils sont imprimés en carac­tères droits, sont invariables au pluriel, s’écrivent sans point final et sont placés après les valeurs numéri­ques complètes, en laissant un espace entre la valeur numérique et le symbole.

Ils s’écrivent en lettres minuscules ; toutefois, la première lettre est une majuscule lorsque le nom de l’unité dérive d’un nom propre.

On ne doit pas faire figurer plus d’une barre de fraction sur la même ligne pour représenter une unité com­posée qui est le quotient de deux unités, à moins d’utiliser des parenthèses pour éviter toute ambiguïté. Les puissances négatives peuvent être utilisées dans les cas compliqués, mais elles ne sont pas impératives.

unités de base

unitéImage sécurisée
Tableau 1. Unités de base

Remarque 1 : la température Celsius t est liée à la température thermodynamique T par la relation :

formule : Systèmes d’unités - relation température Celsius t température thermodynamique T

Un intervalle de température peut être exprimé soit en kelvins, soit en degrés Celsius. Dans ce cas,

formule : Systèmes d’unités - kelvins degré Celsius

Remarque 2 : la mole est la quantité de matière d’un système contenant autant d’entités élémentaires qu’il y a d’atomes dans 0,012 kilogramme de carbone 12. Lorsqu’on emploie la mole, les entités élémentaires doi­vent être spécifiées et peuvent être des atomes, des molécules, des ions, des électrons, d’autres particules ou des groupements spécifiés de telles particules.

unités supplémentaires

(Ces unités peuvent être utilisées comme unités de base.)

unité supplémentairesImage sécurisée
Tableau 2. Unités supplémentaires

multiples et sous-multiples

multiples sous-multiplesImage sécurisée
Tableau 3. Multiples et sous-multiples

unités de base. unités dérivées pour les grandeurs usuelles

unités base - unités dérivées grandeurs usuellesImage sécurisée
Tableau 4. Unités de base. Unités dérivées pour les grandeurs usuelles
unités base - unités dérivées grandeurs usuellesImage sécurisée
Tableau 4 suite. Unités de base. Unités dérivées pour les grandeurs usuelles

unités déconseillées ou à éviter : système CGS et autres

unités déconseillées système CGS autresImage sécurisée
Tableau 5. Unités déconseillées ou à éviter : système CGS et autres