stockage

Temps de lecture :

Dans le cas de petites installations, on parle d’aire de stockage (sacs ou conteneurs). Les moyennes et grandes installations utilisent, elles, des silos.

La capacité du silo est variable (15 à 200 m3, voire 400 m3) selon l’importance de l’installation et l’autono­mie recherchée. L’approvisionnement des produits se fait en vrac par camion ou wagon. Les silos sont métalliques, en polyester armé de fibre de verre ou en béton. Ils sont de forme cylindroconique.

règles d’installation

Le silo (photo 4) doit être équipé d’un évent muni d’un dépoussiéreur à manches et d’une soupape de sécurité contre les surpressions. La conduite de remplissage, de diamètre 80 ou 100 mm (1), doit présenter des coudes de rayon de courbure suffisant pour limiter l’usure et la perte de charge. Il y a lieu de limiter, dans la mesure du possible, la longueur de cette conduite. Le silo doit être mis à la terre pour éviter la for­mation de voûte due à l’électricité statique. La capacité de stockage doit être largement supérieure (au moins 50 %) au volume de livraison.

Pour faciliter la vidange, la pente du cône (2) au bas du silo doit être d’au moins 60°.

remplissage du silo

Silo chauxImage sécurisée
Photo 4. Silo de chaux

Il se fait pneumatiquement par le haut du silo. Le produit est soufflé (par de l’air fourni par un compresseur installé sur le camion ou en poste fixe) dans une canalisation souple reliée à la conduite montante du silo par un raccord pompier. La pression de dépotage doit être limitée à 160 kPa.

Plusieurs types de contrôle du niveau sont possibles :

  • mesure capacitive (à éviter sur produits colmatants) ;
  • lame vibrante ;
  • palpeur à va-et-vient entraîné mécaniquement.

Remarque : il est également possible de contrôler le poids de produit par pesée du silo

dispositifs destinés à faciliter l’écoulement des produits

Les produits pulvérulents ont tendance à former des voûtes ou des cheminées dans le silo. Pour éviter ces anomalies, plusieurs solutions peuvent être adoptées :

  • dévoûteur mécanique à lames souples (photo 5) : sa rotation assure l’écoulement du produit (figure 3) ;
  • vibreurs : à utiliser avec discernement car ils peuvent provoquer le tassement du produit ;
  • fluidisation : injection d’air à basse pression (20 à 60 kPa) dans des plaques de fluidisation installées dans la partie conique du silo. Ce dispositif ne donne de bons résultats que s’il est utilisé par intermittence et avec de l’air parfaitement sec.
silo dévoûteur SodimateImage sécurisée
Photo 5. Fonds de silo avec dévoûteur Sodimate