le stockage d'eau brute

Temps de lecture :

Le stockage d'eau brute présente un intérêt dans le cas de sécheresse prolongée (baisse du débit des rivières, avec souvent altération de la qualité de l'eau). Le volume d'eau brute emmagasinée doit permettre de répondre à la demande en eau de la période la plus longue envisagée.

Le stockage présente également un intérêt lorsqu'il y a risque d’une pollution accidentelle qui détériore la qualité de l'eau brute de façon inacceptable pour l'installation de traitement. On peut arrêter le pompage en rivière pour utiliser l'eau stockée, en évitant ainsi l'arrêt de la production. Le volume du stockage est alors déterminé en fonction des risques de pollution en amont de la prise d'eau, et de la durée maximale envisagée pour l'arrêt du pompage direct d'eau brute.

Le stockage présente également un intérêt lorsque les caractéristiques de la rivière présentent des variations rapides et fréquentes ( MES, NH4+ …) qui nécessiteraient des ajustements des conditions d'exploitation pas toujours compatibles avec la réalité.

Cependant, avec des conditions géographiques et climatiques favorables à la vie planctonique, l'emmagasinage d'eau brute présente certains inconvénients. On constate, lorsque le temps de stockage est faible (quelques jours, un développement d'algues et d'actinomycètes dont les métabolites peuvent communiquer à l’eau un goût et/ou une odeur désagréable dont l’élimination peut être très coûteuse. Si le temps de rétention dans la réserve est plus élevé (1 mois), il se développe un zooplancton capable de réduire certains de ces inconvénients. Parallèlement, certaines caractéristiques de l'eau peuvent s'améliorer : diminution de la teneur en MES, en ammonium et de la flore bactérienne.

Le stockage d'eau brute requiert de grandes surfaces de terrain, onéreuses, voire irréalisables en milieu urbain ; en outre, un nettoyage périodique de la réserve peut s'avérer nécessaire.

Enfin, la réalisation de stockages d'eau de grandes dimensions (barrages…) demande des précautions particulières lors de la mise en eau, afin d'éviter tout phénomène d'eutrophisation brutale : il faut éliminer toute la végétation et la brûler à l'extérieur du périmètre de remplissage, décaper le sol de toute terre végétale et de tout dépôt polluant éventuellement préexistant (décharges, dépôts de produits chimiques…).

pour aller plus loin :