la destruction de la matière organique par voix humide (ovh)

Temps de lecture :

Il existe une famille de procédés d’oxydation de la matière organique des boues qui évite la problématique thermique traditionnelle et par voie de conséquence le long cheminement du traitement des fumées. Cette famille de procédés est regroupée sous la dénomination oxydation en voie humide. Elle « incinère » en effet des boues liquides « sans flamme ».

Ces procédés se différencient en fonction de la localisation de leur zone de fonctionnement (couple pres­sion-température) par rapport au point critique de l’eau (221 bar, 373 °C) (figure 45).

oxydation par voix humideImage sécurisée
Figure 45. Zone de fonctionnement de l'oxydation par voix humide

En dessous du point critique : l’oxydation humide en voie subcritique a été développée dans les années 1950 pour le traitement des liqueurs noires et boues. Dans ce procédé biphasique, l’oxygène dissous dans la phase liquide réagit avec les composés organiques. Appliquée aux boues, la gamme de pression se situe dans la fourchette 40‑100 bar.

Au-delà du point critique : l’oxydation humide en voie supercritique utilise le fait que la solubilité des com­posés organiques et des gaz (oxygène) peut être considérée comme infinie. Tout se passe comme si l’on était monophasique c’est-à-dire sans l’étape de transfert d’oxygène, aussi atteint-on des taux de destruction très élevés (> 99 %) pour des temps de séjour très faibles (de l’ordre de la minute). Le développement de cette technique comporte cependant des difficultés principalement liées aux contraintes résultant à la fois des conditions de pression et des problèmes de précipitation des sels minéraux qui, eux, présentent une solubilité quasi nulle. La précipitation induit également des problèmes de corrosion, particulièrement lorsqu’il y a des composés chlorés. À ce jour, dans le domaine des boues, le procédé supercritique reste expérimental, aussi il ne sera décrit que le procédé subcritique dans la version où nous l’avons développé sous la dénomination de Mineralis.

pour aller plus loin :