principes

Temps de lecture :

Le séchage thermique est rendu nécessaire vu les limitations rencontrées par la déshydratation mécanique ( voir filtres à bandes presseuses, centrifugation et filtres-presse). Par ailleurs, les intérêts du séchage sont multiples et permettent de diversifier les filières de valorisation des boues séchées (voir conception d'une filière: les contraintes).

Le séchage consiste en l’élimination de l’eau liée, c’est-à-dire celle qui ne peut pas être éliminée par un procédé mécanique. Le séchage s’effectue donc par évaporation, nécessitant la création d’un gradient de température entre la surface extérieure des grains ou flocs constituant la boue et le cœur de ceux-ci. Lors de ce processus, la vapeur d’eau formée à cœur diffuse vers la couche superficielle, dite couche limite. L’énergie à mettre en œuvre est la somme de la chaleur latente et de l’énergie de liaison de cette eau (faible devant la première).

L’énergie d’évaporation de l’eau étant très élevée, il est recommandé d’optimiser la déshydratation avant un sécheur afin d’en réduire sa taille. Les équipements en amont du sécheur doivent être adaptés au type de sécheur utilisé.

De plus, il est important de bien définir la siccité à atteindre en sortie de sécheur :

  • La siccité doit être suffisamment élevée pour que les boues séchées soient stabilisées et hygiénisées,
  • Mais pas trop élevée au risque de créer des poussières et d’avoir une surconsommation énergétique.