influence des oxydants

Temps de lecture :

oxygène dissous

Son importance dans la définition du potentiel d’électrode a déjà été précisée mais son comportement d’agent double de la corrosion doit être rappelé :

  • en deçà de 1 mg · L–1, et pour des eaux douces, proche de la neutralité, un état passif de l’acier peut s’établir ;
  • pour des concentrations croissantes de 1 à 4-6 mg · L–1, la corrosivité des eaux moyennement minérali­sées croît de façon presque linéaire ;
  • à la saturation, un équilibre s’établit et intervient la formation d’un film mixte protecteur si Ca2+ et alca­linité sont en concentration suffisante.
Éprouvette corrodée eau adoucieImage sécurisée
Photo 4. Éprouvette corrodée par une eau adoucie

oxydants

L’ozone, composé fugace, ne peut avoir d’action directe dans les réseaux de distribution mais, indirecte­ment, une sursaturation en oxygène peut lui être associée, qui quelquefois favorise des dégazages et engen­dre des corrosions localisées par aération différentielle.

Le chlore ou l’hypochlorite accroissent sensiblement le potentiel redox des eaux aérées. Les aciers inox seront les plus sensibles et des nuances présentant des potentiels de piqûres plus élevés peuvent devenir nécessaires. En eau de mer toutefois, au-dessous de 30 °C, l’expérience montre qu’en deçà de 1 à 2 mg · L–1 Cℓ2 libre, on ne subit pas d’aggravation des piqûres, qui ne deviennent graves que si l’on atteint 5 mg · L–1.

pour aller plus loin :