le recyclage

Temps de lecture :

le recyclage des eaux de rinçage sur échangeurs d’ions

Il permet de recycler ces eaux après fixation des cations et anions sur échangeurs d’ions, à l’exclusion des eaux qui doivent être dirigées vers la détoxication car contenant des cyanures et/ou de fortes teneurs en graisses ou hydrocarbures.

La figure 62 rassemble les principales possibilités de circuit fermé.

Les échangeurs peuvent être installés à poste fixe, avec régénération in situ, technique valable pour les grosses installations, ou être « mobiles » et envoyés en régénération dans un centre agréé. Cette technique est valable pour de petites installations (volume maximal de résine 200 L), et nécessite de disposer en per­manence d’un jeu d’échangeurs régénérés en attente.

traitement circuit fermé bains de dégraissageImage sécurisée
Figure 62. Traitement en circuit fermé

Quel que soit l’agencement employé, le recyclage a un double rôle de récupération (réutilisation) de l’eau et de concentration de la pollution. Il doit donc être systématiquement complété par un traitement de détoxi­cation.

Les avantages du recyclage sur échangeurs d’ions sont :

  • diminution importante de la consommation d’eau ;
  • production d’une eau de très grande pureté, à prix réduit, avec amélioration de la qualité du rinçage ;
  • concentration de la pollution (traitement aval d’un moindre débit) ;
  • récupération de certains produits coûteux (or, argent, chromate) ;
  • stabilisation des bains chromiques.

La récupération des métaux nobles, ou de grande toxicité, peut également être effectuée par électrolyse en continu d’un bain de rinçage mort. Cette technique concerne plus particulièrement l’or, l’argent, le cad­mium, le cuivre, le nickel.

maintenance des bains de dégraissage

Ces bains sont pollués très rapidement par les huiles retirées de la surface des pièces traitées. Au-delà de quelques % d’huiles, la qualité du dégraissage devient insuffisante et nécessite le renouvellement du bain.

La technique d’ultrafiltration permet de récupérer ces huiles libres et d’augmenter ainsi la durée de vie du bain, d’où des économies de produits chimiques.

Cette technique est employée par exemple en sidérurgie (gros consommateur de dégraissant) dans les laminages à froid, sur les bains de dégraissage avant recuit continu, ou avant les bains de dépôt métalliques.

Elle est également utilisée en industrie automobile.

La mise en œuvre d’un tel système (figure 63) peut permettre de tripler la durée de vie des bains.

déshuilage bains dégraissageImage sécurisée
Figure 63. Déshuilage des bains de dégraissage