notions fondamentales sur la désinfection

Temps de lecture :

La désinfection consiste à inactiver les organismes pathogènes véhiculés par l’eau tels que bactéries, virus et parasites. Elle se distingue de la stérilisation qui vise l’élimination totale des germes. L’action germicide des désinfectants est basée sur des mécanismes d’oxydoréduction. C’est ainsi que l’efficacité d’un désinfec­tant chimique est directement liée à son pouvoir oxydant, lui-même fonction de la température et du pH.

Le mode d’action de l’agent désinfectant dépend de la nature du micro-organisme et de sa structure chi­mique. De façon générale :

  • dans le cas des bactéries, l’attaque de l’oxydant rend plus perméable la membrane cellulaire et porte sur les macromolécules d’acides nucléiques (ADN, ARN) empêchant alors toute reproduction ;
  • dans le cas des virus, l’oxydant pénètre la capside et altère les protéines des ADN ou ARN.

L’ordre de résistance moyenne des germes à la désinfection chimique peut être schématisé comme suit (figure 91).

Image sécurisée
Figure 91. Classement des germes en fonction de leur résistance moyenne aux traitement désinfection chimique

L’efficacité de la désinfection physico-chimique est exprimée en unité logarithmique du pourcentage d’organismes vivants résiduels sur la base d’une vitesse d’inactivation du premier ordre (tableau 24).

Image sécurisée
Tableau 24. Unité d'inactivation

Il est généralement admis que l’inactivation des germes obéit à une loi cinétique de type Chick-Watson : N = N·exp(– k · D · T) où N et N sont les concentrations en germes respectivement avant traitement et au temps T de traitement, D est la dose absorbée en oxydant (concentration C pour les agents chimiques ou intensité d’irradiation I pour les rayons UV) et k est la constante de vitesse. C’est ainsi que le concept CT est utilisé en pratique pour comparer l’efficacité des différents désinfectants chimiques.

D’autres phénomènes sont pris en compte pour juger la qualité de désinfection :

  • la rémanence de l’oxydant ;
  • la reviviscence des micro-organismes sous l’effet du développement de mécanismes de réparation.

Le chapitre oxydation-désinfection traite de tous les paramètres qui conditionnent l’efficacité de désinfection : choix du sys­tème oxydant, vitesse d’inactivation des pathogènes, conception des réacteurs, influence de la qualité d’eau.

pour aller plus loin :